Tana, je ne trouvais pas les mots pour toi… (2)

Posted by in Mes aventures

Bon ! C’est la suite de mon aventure amoureuse avec Madagascar, l’île que vous auriez tort de ne pas visiter. Pour ceux qui ont raté le premier épisode, j’ai parlé de mon arrivée glaciale à Tana (Antananarivo) et de mon ébahissement face aux « deux chevaux » encore à la mode là-bas. Aujourd’hui, je veux bien vous raconter les lieux qui m’ont marquée.

Entrée du palais de la reine

Palais de la Reine à Antananarivo. Crédit photo: Alexandra Tchuileu

Au Palais de la Reine

Vous avez  intérêt à ne pas quitter Madagascar sans faire un tour au Palais de la Reine. C’est au cœur de la ville. Penez juste à vous munir de baskets ou de ballerines si vous voulez grimper les escaliers et collines interminables mais pavés de Tana. On y était donc, avec ma nouvelle famille de blogueurs que j’y ai rencontré. Mireille Flore Chandeup, Clara Delcroix et Sonia Guiza vous ont raconté en détail cette partie-là 🙂 .

Une femme assise

La Reine Ranavalona II de Madagascar sculptée près de sa piscine au palais. Crédit photo: Alexandra Tchuileu

Chez la Reine, c’était donc majestueux. D’abord, par son accueil. Imaginez donc une entrée royale qui présente ses attributs. Un aigle et ce qui s’apparentait au départ à un piquet. Loin de là ! Le guide touristique sur place nous a tout dit. L’aigle comportait tout ce qu’il y a de symbolique en lui. Mais le piquet à côté, c’était autre chose. C’était le symbole de la virilité pour tout homme qui dit en avoir. C’était une verge en érection (voilà c’est dit). La reine Ranavalona II devait certainement avoir des exigences.

Entrée palais de la Reine

Les symboles de « puissance » de Madagascar. Crédit Photo: Alexandra Tchuileu

Il y a aussi, en bas de la colline qui mène au palais, ces commerçants. Ici, les fruits en jettent. Alors, on les concocte sous toutes les formes. Assaisonnés, pimentés ou même vendus dans des paniers, mangues et litchis de Madagascar savent se donner et se trouver de manière généreuse.

Vendeur de mangues pélées

Un commerçant de mangues « assaisonnées » à Tana. Crédit photo: Alexandra Tchuileu

Mangues assaisonnées

Pour ceux qui n’avaient pas encore essayé les mangues pimentées, vous êtes servis! Crédit photo: Alexandra Tchuileu

Vendeurs de litchis e de mangues

Avec ses paniers de litchis et de mangues à Tana, ce commerçant cherche preneur. Crédit photo: Alexandra Tchuileu

Au marché

Et puis, il y a aussi, après les rues pavées et les escaliers pour « amortir », les collines abruptes. Au passage, comment ne pas se laisser séduire par un des marchés principaux de la capitale. Là, c’est l’ancien marché des esclaves qui a gardé l’essentiel de ses attributs. Pas sûr que ses occupants actuels (les commerçants de vivres) aient bénéficié de la même petite histoire du coin que les touristes étrangers. Mais bon, ça vaut la peine d’y faire un tour.

Marché des esclaves de Tana

Ancien marché des esclaves de Tana à Madagascar. Crédit photo: Alexandra Tchuileu

Monument au boulevard du 13 mai

Monument de Madagascar sur le Boulevard du 13 mai. Crédit photo: Alexandra Tchuileu

Au zoo

Les amis, il y a « Pages jaunes » ou « Google » pour continuer le renseignement sur cette île. Mais je n’oserai boucler cet album photo sans vous montrer les lémuriens grandeur nature. Oui. King Julian n’est pas qu’une légende de « Madagascar« . J’ai vu ses cousins en vrai. Doux! Mignons et attachants. Mais ils ne se laissent pas apprivoiser facilement. Dans un parc (je ne ferai pas de pub ici) d’Antananarivo, ils y vivent par dizaines. Il y a aussi les crocodiles mais je ne montre que ceux qui m’ont impressionnée : Les lémuriens et la tortue centenaire.

Tortue dans un zoo

A 104 ans, cette tortue pète la forme à Croc Farm à Antananarivo. Crédit photo: Alexandra Tchuileu

Un lémurien dans un zoo

Au zoo de Croc Farm, un lémurien qui n’a pas peur des touristes… Crédit photo: Alexandra Tchuileu

Lémurien qui mange au zoo

… Et il semble apprécier la banane et la présence des touristes. Crédit photo: Alexandra Tchuileu

Voilà ! Je crois avoir vidé mon sac de souvenirs de l’île. Il y a aussi le zébu mais vous pourrez découvrir sur place (si les spécimens restants ne sont pas dégustés avant), le chocolat Robert et les objets d’art.

#LaWestern